Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tous ces mots enfumés....

Tous ces mots enfumés....

Akli Ait Abdallah


Le peuple cocu.

Publié par Akli Ait Abdallah sur 21 Mai 2013, 01:22am

Inquiétante Tunisie. Inquiétante Algérie. Et je ne parle même pas de ce qu'il reste de la Syrie.
Ben Ali parti , les tunisiens découvrent l'euphorie de la liberté avant de devoir composer , dans une cohabitation tendue comme un arc, avec des forces qui la menacent.
En Algérie, ou on tire une certaine fierté d'avoir eu à enterrer nos morts avant les autres, il y en a un qui ne l'est pas encore. Mais c'est comme si c'était fait

Et dans l'attente du glas qui sera validé par le Quai d'Orsay pour la France et Cheb Mami pour qui vous savez , les algériens serrent les fesses et retiennent leur souffle.
Encore une fois, c'est eux qui sont les cocus. Un cycle va se refermer avec la fin de l'ère Bouteflika. Dans son sillage , il avait amené avec lui des armées de courtisans plus ou moins proches , et pour qui ses trois mandats avaient été suffisamment longs pour permettre la conclusion de quelques affaires juteuses.
Alors , il y en a qui paniquent , d'autres qui se préparent , si ce n'est déjà fait , a changer de veste , de pantalon, de chaussettes et même de slip.
Et le peuple de cocus , lui , il sait déjà qu'une horde de nouveaux prédateurs est en ordre serré . Il sait que rien ne changera au trépas de l'autre , que le mépris dont il est l'objet ne va faire que prendre un autre visage.
Le peuple de cocus , secrètement , il espère que dans la prochaine empoignade , celle qui devra consacrer le nouveau guide, on ne le sacrifie pas encore a la violence qui a souvent accompagné nos pseudo-alternances et nos chicanes de pouvoir.
Enfin... Un pays dont le sort est suspendu à celui d'un homme , aussi miraculeux soit-il, est un pays sérieusement malade. Au Québec , au Canada, advenant la disparition ou la demission d'un premier ministre, la transition se déroulerait comme dans un rêve. Funérailles nationales, constitution, loi, règles de succession, élections , tout cela pendant que la vie continue , que les enfants vont a leur école, les ouvriers a leur usine , les paysans a leur champs, et les bobos a Paris. Ou New York .
Bien sur qu'il se passe ici aussi plein plein d'histoires pas très nettes. Pas de paradis sur cette terre. Mais a ce point l'enfer ?
Les algériens n'ont ils pas droit a cette maturité qui place l'intérêt général au dessus de tout ? Quand même ... Après 51 ans d'indépendance , on pourrait, non ?
Le peuple de cocus mérite au moins ça. Et puis il en a un peu marre d'être cocu , le peuple de cocus.
On peut bouger ? On peut juste , parce qu'à 51 ans, on a mûri , entamer quelque chose de sérieux qui ne commence pas par la paralysie, la violence , ou le chaos?
Bouteflika va mourir. Un jour ou l'autre. Homme du miracle pour certains, simple mortel selon la biologie. Laquelle sait , contrairement aux autres, de quoi elle parle.
Il faut passer maintenant à autre chose.
Un homme va mourir ? Je souhaite paix a son âme. Mais il va en rester des millions. Et autant de femmes.
Et plus encore d'enfants. Tout ce qui doit compter, c'est l'avenir de ceux qui restent.
Après, tout n'est plus qu'affaire de cérémonies et de chroniques nécrologiques.

(Photo: Une femme prend le soleil Place Emir Abdelkader à Alger. Février 2012)

Le peuple cocu.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents