Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tous ces mots enfumés....

Tous ces mots enfumés....

Akli Ait Abdallah


Boubou et Zorba....

Publié par Akli Ait Abdallah sur 9 Septembre 2012, 08:06am

Ce soir , sur une terrasse couverte d'un café de mon quartier. Pluie. A ma gauche , Il y a trois personnes qui discutent. Parmi elles , une femme. Son boubou me dit qu'elle est africaine. L'anglais dans lequel elle s'exprime la désigne plutôt comme américaine.

Une table plus loin, vient se poser un habitué des lieux. Un homme qui semble avoir galéré , qui rame peut-être encore...A son accent , je crois à chaque fois reconnaitre un grec , ou encore un homme venu des Balkans. Difficile à dire. Un jour, je lui demanderai....

Je vais l'appeler Zorba. Parce qu’il est comme ça, Zorba. Il parle fort , d'une voix très grave, et il aime la musique. Tres souvent, Zorba sort un petit harmonica d'un sachet - plastique , de ceux dans lesquels on rapporte son épicerie. Et c'est ce qu'il a encore fait ce soir. Il a pris son harmonica, l'a fait disparaître dans ses grosses mains, l'a porté a ses lèvres, et s'est mis à jouer. Pas longtemps. Une minute, peut-être moins.

Boubou et ses amis ont applaudi. Alors Zorba a rejoué encore , puis s'est mis à parler à sa voisine. Je n'entendais pas très bien ce qu'il disait , mais il parlait musique , c'est certain, Il a même cité Tchaïkovski et Mozart. Boubou s'est animée à son tour , et semblait en savoir long sur le sujet. Zorba a continué comme ça. Harmonica. Grosse voix. Parle a Boubou. Harmonica....

La pluie s'est arrêtée de tomber. La discussion s'est poursuivie.

Quand je suis parti, Boubou et Zorba parlaient encore , avec passion et conviction.... C'etait l'histoire courte d'une rencontre, née du hasard, et de la beauté de Montréal , où on peut encore héler son voisin de café sans passer pour un fou. C'etait l'histoire courte d'une rencontre entre deux humains venus de cultures éloignées, qui n'aura sans doute duré que le temps de quelques solos d'harmonica , de quelques paroles échangées sur le bord d'une table, mais c'est aussi l'histoire de tous ceux qui se moquent des barrières imbéciles de couleur, d'apparence, ou de langue .

Et qui chaque jour découvrent en leur voisin de palier, leur voisin de café, quelqu'un qui leur ressemble comme deux gouttes de musique. (AAA)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents